Quelques notes sur mes films

    0
    1135

    Par Emmanuelle Antille

    Tornadoes of My Heart (2004-2005) est le titre générique d’un corps de travaux réunissant trois installations vidéo, une série d’une trentaine de photographies et un long-métrage de fiction.
    Ce projet développe le thème de l’adolescence sous divers aspects : les rituels, les amitiés, la famille, le rapport à la communauté, le journal intime.
    Tout a débuté avec l’écriture et la réalisation du long-métrage intitulé Rollow. Une fois l’écriture du scénario achevée, j’ai organisé plusieurs castings d’adolescents. Pour ce projet, j’avais très envie de travailler avec des jeunes qui ne soient pas des acteurs professionnels, des énergies pures et spontanées.
    Dès que l’équipe technique fut constituée et les adolescents sélectionnés, nous avons répété tous les jours durant deux mois juste avant le début du tournage. Pendant cette période, j’ai rencontré chacune des familles des adolescents. Passer du temps dans leur environnement et avec leurs proches était une façon de mieux les connaître. Cette phase de préparation, qui s’apparente à celle d’un film documentaire, a beaucoup apporté au projet. Au final, c’est cette confiance et cette grande complicité qui se retrouvent dans les images et font leur force.
    Après cette période de répétitions, nous avons tourné durant les deux mois d’été. Au final, nous avons obtenu plus de cinquante heures de rushes, avec des séquences destinées au film, d’autres aux installations. Ce projet est basé sur l’idée de filmer des scènes de fiction comme s’il s’agissait d’un documentaire. La caméra était donc toujours allumée et nous filmions quasiment en permanence. Nous étions tous habités par l’urgence de capturer le moindre geste, le regard le plus furtif, toutes ces petites choses fragiles qui ne se passent qu’une fois et qu’on ne peut répéter. Une manière de repousser les limites entre fiction et réalité
    Concernant la série de photographies : celle-ci a débuté juste après le tournage. À la fin de l’été, j’ai organisé des shootings photo avec chaque adolescent, sans l’équipe technique autour de nous. Dans une atmosphère plus intime, nous sommes retournés ensemble sur les lieux du tournage. Je désirais réaliser des portraits très intenses de chacun d’eux, sans qu’ils s’encombrent de leur rôle. Je leur ai demandé de fixer l’objectif de la caméra, très simplement, comme s’ils regardaient quelqu’un au fond des yeux. Nous avons réalisé plus de mille photographies. À la fin, j’en ai sélectionné trente.

    Angels Camp (2002-2003) est le titre d’un groupe de travaux qui s’articule autour d’une fiction. Ce projet est composé d’un long-métrage, de plusieurs installations sonores et vidéo, de photographies, d’objets, de musiques et d’un roman. Tous ces éléments fonctionnent entre eux comme une famille, à la fois autonomes et intimement liés. Ils se complètent et contribuent chacun à leur manière à développer cette fiction, à donner vie aux histoires et à l’univers d’Angels Camp.
    Ce long-métrage retrace l’histoire d’une région et de ses habitants. C’est une saga en quatre épisodes, filmée tout au long d’une année, au fil des saisons et dont les personnages sont : la Femme à la Torche, sa mère et sa sœur imaginaire, Celya et Arantxa, les deux Adolescentes des Cabanes, l’Homme de la Forêt, la Jeune Fille de la Rivière, Marie, Dani, le Chien Blanc et les Fillettes au Poulain. Cette fiction nous plonge dans leur vie, leurs rêves et leur destinée. Ensemble, ils sont les gardiens d’une mémoire, celle de ce territoire imaginaire qu’est Angels Camp. Les décors qui abritent les personnages ont une place déterminante au coeur de l’histoire: les forêts de pins, les grottes et les champignonnières, la crique sauvage, le village de cabanes abandonnées sont autant de no man’s land qui évoquent la jouissance des espaces libres, le monde de l’enfance, entre rêve et réalité, ses rituels, la désinhibition des gestes, la liberté de briser les codes et d’établir ses propres règles. Ainsi ils sont les miroirs réfléchissant l’intimité, l’âme des personnages.

    By Emmanuelle Antille
    Tornadoes of My Heart (2004-2005) is the generic title of a body of works which includes three video installations, a series of thirty photographs and a feature film.
    In this whole project I developed the theme of teenagehood through his various aspects : the rituals and languages, the friendships, family and the relationships inside a community, the diary.
    This whole project started by the writing of the screenplay for the feature film titled Rollow.
    Once the screenplay written I organized several castings in order to find the teenagers who would act in the film. My wish was to work with unprofessionnal actors, some very dynamic energies.
    As soon as the technical team was complete and the teenagers selected, we rehearsed all together everyday during a period of two months before the shooting of the film. During this period I met each teenager’s family, spent time in each one’s environment in order to know them better. All these preparation phases, close to the way of making a documentary film, brought a lot to the project and created a very strong intimacy that could be felt afterwards in the final images.
    After the rehearsal period, we shot the project during two months in summer. In the end, we had more than fifty hours of film material : some filmed sequences were made for Rollow, others for the video installations.
    Shot in a very intimistic way by a small team, the images are often very physical and close to the bodies. The project is based on this idea to film scenes of fiction as in a documentary film. The camera was always on and shooting almost all the time. We were all moved by the immergency of catching all the kids’ spontaneous gestures and gazes, all those very fragile and thiny attitudes that happen only once and that can never be repeated. This was a way to blow the limit between the reality and the fiction.
    About the photographic series, it started right after the filming of the project. At the end of the summer I organized a photo shooting with each teenager without the technical team. In a calmer atmosphere we went back to each location of the filming. I wanted to take very intimate and intense portrait of each of them, to catch who they really were without them having to play a part. So I asked them to look straight to the camera in a very simple way.
    We shot about one thousand photos in total. In the end I made a selection of thirty of them.Angels Camp (2002-2003) is the overall title of a body of work based on a fictional story.The project consists of a full-length film (80’), a sound and video installations, photographs, objects, music and a novel. All these components work together as a group at the same time independent and closely inter-related. They complement each other, and each in its own way helps develop the story. The full-length film tells the story of a region and its inhabitants. It is a saga in four episodes, shot season-by-season over a year. The characters are: the Woman with a torch, her Mother and Imaginary Sister, Celya and Arantxa the two Cabin Girls, the Man of the Woods, the River Girl, Marie, Dani, the White Dog, the Kids with the Foal.
    The story plunges us into their lives, dreams and destinies. Together they are the guardians of a shared experience, lived in the imaginary world of Angels Camp. The settings in which these characters take refuge play a vital role in the story. The pine woods, the caves and mushroom beds, the hidden creek, the village of abandoned cabins evoke the joy of wide open spaces and the world of childhood, with its uninhibited behaviour, the freedom to break with accepted codes and establish one’s own rules. The landscapes act as mirrors, reflecting the inner life of the characters.

    SHARE

    LEAVE A REPLY