Soirée Candice Breitz

    0
    70

    Jeudi 28 avril 2005
    Palais de Tokyo, Paris

    Aiwa to Zen

    2003, 11 minutes

    « Au cours de ma première visite au Japon en 2002, j’ai mis par écrit tous les mots japonais que je connaissais avant de partir. Ce maigre vocabulaire d’à peu près 150 mots que je suis parvenue à rassembler avait presque exclusivement rapport à un Japon exotique ou imaginaire, ou un Japon prêt à consommer… la cuisine japonaise, le Japon dans la guerre, la pop culture japonaise, les mondes de la mode et de l’art japonais et, de manière écrasante, des douzaines de noms de marques japonaises. J’ai demandé à cinq personnes parlant japonais d’improviser une série de scènes de la vie quotidienne en utilisant uniquement mon japonais très primaire pour étrangers. » Candice Breitz

    Soliloquy Trilogy

    2000, 7 minutes, 7 minutes et 14 minutes

    Comme son titre le suggère, Soliloquy Trilogy est une série de trois monologues. Chacun prend pour point de départ un film hollywoodien célèbre en se focalisant sur un unique protagoniste qui est traqué et isolé (copié-collé) dans chacune des scènes où sa voix est présente. Les trois films utilisés sont L’Inspecteur Harry (Clint Eastwood), les Sorcières d’Eastwick (Jack Nicholson) et Basic Instinct (Sharon Stone). Composés d’une série de samples vocaux isolés et rattachés chronologiquement les uns aux autres (afin de causer notre délectation ou notre révulsion), les nouveaux films ainsi créés distillent avec perversité l’aura des stars.

    Becoming

    2003, 34 minutes

    Dans son installation Becoming (Devenir), Candice Breitz se glisse de manière étrange dans les rôles de sept actrices hollywoodiennes célèbres (Cameron Diaz, Julia Roberts, Jennifer Lopez, Meg Ryan, Neve Campbell, Reese Witherspoon et Drew Barrymore). Ayant coupé et collé de courtes séquences où ces actrices apparaissent dans divers films, l’artiste re-joue leurs rôles aussi précisément que possible.

    Mother and Father

    2005, extraits

    En gesticulant les unes à côté des autres devant un rideau noir, six actrices hollywoodiennes jouent avec passion les rites de la maternité (Mother, 2005). Dans une seconde installation qui en est le pendant, six acteurs abordent la question de la paternité (Father, 2005). Ayant été digitalement extraits de leurs films respectifs, les acteurs de Mother et Father sont libérés de leurs ornements habituels. Ces stars de cinéma, victimes d’un kidnapping, ne sont plus au service de Hollywood.

    Soirée Candice Breitz. Jeudi 28 avril 2005. Palais de Tokyo

    SHARE