Les Dérives de l’imaginaire

    0
    340


    Quelques moments de cinéma autour de l’exposition Les Dérives de l’imaginaire au Palais de Tokyo.

    Séances organisées dans le cadre des Rencontres Internationales Paris / Berlin / Madrid.

    Si Les Dérives de l’imaginaire présente des œuvres qui témoignent et parfois décrivent les processus mentaux de leur développement, La Fabrique des films documente cette approche à travers le travail du cinéma. Pas seulement des films donc, mais leur genèse et l’imaginaire qui les habitent.

     

    Dimanche 2 décembre 2012 à 15 heures

    Salle Jean Epstein
    Palais de Tokyo, 13 avenue du Président Wilson – 75016 Paris

    Alain Fleischer - Le Règlement

    Noir-Dérive

    Une performance de Fabien Danesi accompagné de Gérard Quilès

    La rumeur d’une guitare se fait entendre, des images fugaces apparaissent, une atmosphère propice au crime pourrait se faire sentir, à moins que ce ne soit le goût du whisky qui invite à la pensée vagabonde. Sur le mode du télescopage des références, il s’agit de revenir sur les enjeux de la dérive développée par les situationnistes et Guy Debord. Initiée en 1953 par les membres de l’Internationale Lettriste, cette pratique suppose de se déplacer dans la ville sans autre but que de transformer les rues en champs de forces contraires. Rien à voir donc avec une conférence assise dans une institution dévolue à la création contemporaine. Et pourtant…

    Le Règlement

    Un film d’Alain Fleischer
    1969, 16mm, 45 minutes
    Séance présentée par Alain Fleischer

    Dans ce film où le rituel semble déjouer l’ordonnance visible du monde, un homme arpente les rues désertes de Paris. Lorsqu’il aboutit enfin dans un square, son comportement devient étrange tant il semble fasciné par le panneau affichant le règlement du lieu. Le paysage sonore totalement silencieux du film contribue à marquer un isolement du personnage dans son monde intérieur.

    Le Film et son double

    Un film-conférence d’Érik Bullot

    Depuis plusieurs années, Érik Bullot présente des conférences illustrées à propos de son projet filmique autour de la ventriloquie. Au fil du temps, la conférence est devenue le film lui-même, à la manière d’un pré-écho, comme si le cinéaste était devenu son propre ventriloque. La parole est-elle le double du film ? À l’aide de séquences visuelles et de pièces musicales, Le Film et son double se propose d’éclairer cet apparent paradoxe.

    Dimanche 2 décembre 2012 de midi à minuit


    Salle Jean Grémillon, diffusion  continue
    Palais de Tokyo, 13 avenue du Président Wilson – 75016 Paris

    La Fabrique des films

    2012, vidéo, 3 heures 45 minutes

    FABRIQUE-WEB

    16 artistes et cinéastes de pointligneplan reviennent sur leur pratique pour en élucider un des mouvements, ressaisissant un fragment de film passé ou à venir afin d’en révéler le cheminement, les traces et le devenir.

    avec Julien Loustau, Noëlle Pujol, Valérie Mréjen & Bertrand Schefer, Nora Martirosyan, Alain Declercq, Vincent Dieutre, Bouchra Khalili, Christelle Lheureux, Ange Leccia, Érik Bullot, Philippe Terrier-Hermann, Thomas Bauer, Jean Breschand, Arnold Pasquier, Christian Merlhiot, Philippe Fernandez.

    À l’initiative de pointligneplan, la Fabrique des films se propose d’exposer des chantiers de cinéma à travers une série d’événements: exposition, séminaire, publication. Le film présenté au Palais de Tokyo est issu du séminaire inaugural à l’exposition qui s’est tenue à la Maison d’art Bernard Anthonioz en juin et juillet 2012.

    SHARE

    LEAVE A REPLY