Manifesto 1

    0
    608

    par François Barat [2000]

    Une certaine effervescence règne dans le milieu de la création cinématographique et audiovisuelle. Jamais on y a autant joué des coudes ; jamais il n’y eut autant de jeunes talents cherchant à s’exprimer, jamais il n’y eut autant de lieux de diffusion culturelle ou commerciale, jamais les édifices du monde de l’enregistrement des arts du cinéma, sortes de tempes admirés, désirés ou haïs n’ont été aussi beaux, aussi grands, aussi dotés, aussi équipés. Alors. Où est-ce que tout ça se passe ? Où est-ce que ça va tout simplement ? Partout bruissent les jérémiades, chacun tout au long de brèves feuilles vindicatives y va justement (ou injustement) de son commentaire de cinéaste offusqué, de cinéaste engagé, de cinéaste comme les moules dégorgeant on ne sait quelle impatience, quelle rage ; craignant que le train de la gloire des films ne s’arrête pas dans leur gare portative et individuelle.

    Et nous, que faisons-nous de mieux, de différent, de plus juste ? Sans doute rien ! On avance pas à pas dans une vaste incrédulité qu’on nous donne, comme Damien effaré regarde ses membres coupés. Aucune gare à l’horizon, un horizon, un lointain donc toujours repoussé, une vague impression de désolation tout autour. Et pourtant, voilà des films, des essais, des dispositifs narratifs novateurs, des « performances » audiovisuelles, des projets fragiles, des désirs de films à peine matérialisés qui trouvent dans l’humilité des moyens une place particulière, et pourtant çà et là des images nous bouleversent, des styles surgissent, et disparaissent aussi vite, des idées jaillissent et ne sont pas courageusement soutenues. Nous le faisons. Dans le doute et l’enthousiasme.

    Le GREC et d’autre ne plient pas, ne renoncent pas, avancent dans ce « gai désespoir » qui nous anime depuis plusieurs années.

    L’effort ne s’arrêtera pas là. Si certains sont fatigués, comme dans la chanson, d’autres viendront prendre nos places. Jamais la technique n’a autant généré d’espoir de films nouveaux, de productions nouvelles. Le cinéma sous toutes ses formes est au cœur de notre vie, il prend une place centrale dans la création de l’esprit. Partout la menace de notre engloutissement s’infiltre, les multiplexes, l’hégémonie des cinématographies dominantes, récurrentes d’absurdité, flot destructeur pour les œuvres plus exigeantes, plus fondamentales, plus nécessaires. La solidarité et l’éveil de la curiosité intellectuelle, l’encouragement aux démarches originales et fécondes contre le formatage et les routes sans issues, c’est ce que nous tentons de faire.

     

    SHARE